Allocution de Brune Poirson à l’OCDE sur la finance verte à l’occasion d’un forum consacré à ce sujet, le 29 octobre dernier

JPEG - 36.8 ko
Allocution de Brune Poirson à l’OCDE sur la finance verte, le 29 octobre 2019

La sixième édition du Forum sur l’investissement et la finance verte des 29 et 30 octobre a été l’occasion de rappeler la nécessité de l’engagement de l’ensemble du système financier pour répondre aux Objectifs du Développement Durable et à l’Accord de Paris, avec pour la première fois un ordre du jour incluant le financement de la biodiversité.

Le financement vert et le financement de la biodiversité font partie des priorités du gouvernement français, représenté lors de ce forum par Brune Poirson, Secrétaire d’Etat au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Affirmant que « l’Accord de Paris est le contrat social du XXIe siècle » , elle a appelé à ce que les mesures à entreprendre relèvent d’une coordination internationale accrue, « pour faire vivre « une troisième voie » entre populistes et collapsologues ; une voie de solution et non de peur pour agir, qui préserve notre biodiversité et freine la course folle du réchauffement ».

En effet, l’effondrement de la biodiversité est l’un des risques importants auxquels sont confrontées nos sociétés au niveau mondial. La disparition de la biodiversité met et mettra de plus en plus nos économies à l’épreuve et l’inaction est coûteuse. Selon le rapport de l’IPBES publié en mai dernier « la dégradation des sols a réduit de 23% la productivité de l’ensemble de la surface terrestre mondiale. Une partie de la production annuelle mondiale, d’une valeur marchande pouvant atteindre 577 milliards de dollars, est confrontée au risque de disparition des pollinisateurs ». Mme Poirson a souligné que ces chiffres justifient à eux seuls de mener une action ambitieuse en faveur de la biodiversité.

Que ce soit en matière de financement de la biodiversité mais également et plus généralement de finance verte, la France a déjà engagé bon nombre d’actions comme par exemple l’alignement du budget de l’Etat avec les objectifs environnementaux de long terme pour l’exercice à venir (green budgeting), les lancement des obligations vertes, la sensibilisation de la population aux supports d’épargne durables ou une participation active aux travaux de la Commission Européenne pour une taxonomie ambitieuse et crédible. La France souhaite également continuer à travailler avec l’ensemble des partenaires, dans le cadre du One Planet Lab, sur le nouveau projet « VERT-infra » porté par l’OCDE, qui pose les bases d’un cadre commun à tous les acteurs de la finance verte pour générer une nouvelle classe d’actifs durables et « réorienter les milliers de milliards nécessaires au financement des infrastructures durables. »

Pour en savoir plus :
https://oecd.streamakaci.com/forumgfi2019/

Dernière modification : 08/11/2019

Haut de page