Avec 24,5 millions d’euros, la France est un contributeur de premier rang au budget de l’OCDE.

La contribution de la France au budget 2018 de l’OCDE a été fixée à 24,5 millions d’euros soit 6,5 % des ressources budgétées de l’organisation (377 M€ représentant les contributions obligatoires et recettes annexes tels que vente des publications ou location du centre de conférence). Cette contribution se décompose de la manière suivante :

  • 10 millions pour le cœur de l’activité de l’OCDE (appelé « partie I » du budget)
  • 9,3 millions pour les budgets annexes de l’organisation, permettant notamment de financer les investissements, les publications et les pensions.
  • 5,2 millions pour les programmes d’activité spécifiques, où la participation des Etats membres est optionnelle et où des Etats non-membres peuvent adhérer (« partie II » du budget).

L’année 2018 constitue l’aboutissement d’une réforme initiée en 2008. Cette réforme a rééquilibré les contributions en installant une contribution fixe minimale que chaque pays doit à l’OCDE, quel que soit la taille de son économie. La part contributive des pays du G7 est passée de 73% à 55% sur la période. La France demeure néanmoins le 5ème contributeur au budget de la partie I, après les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Les contributions obligatoires permettent de faire fonctionner l’organisation dont 80 % des dépenses sont consacrées à des frais de personnels. L’OCDE éclaire la décision publique en publiant des études statistiques et des rapports, comme par exemple les perspectives économiques ou les études PISA dans le domaine de l’éducation. Ces contributions financent également l’activité de l’OCDE favorisant la coopération internationale, notamment par l’adoption de recommandations en matière fiscale ou de lutte anti-corruption.

Aux ressources budgétés s’ajoutent des contributions volontaires estimées, versées par des structures publiques ou privées en support à des travaux spécifiques. Les contributions volontaires de la France en 2017 ont atteint 3,7M€. Par exemple, le ministère chargé des sports a contribué à une étude relative aux impacts sur le développement local des grands évènements sportifs. L’ensemble des contributions volontaires reçues par l’OCDE pour l’année 2017 s’élève à 161 M€.

Dernière modification : 02/03/2018

Haut de page