Biodiversité : Publication à venir du premier rapport sur l’état mondial de la biodiversité

La France accueillera à Paris du 29 avril au 4 mai prochain la 7e session plénière de L’IPBES, la Plateforme Intergouvernementale sur la Biodiversité et les Services Ecosystémiques, l’équivalent du GIEC pour la biodiversité et qui réunit des scientifiques du monde entier. L’IPBES y présentera son premier rapport d’évaluation mondial sur la biodiversité et les services écosystémiques depuis 2005.

JPEG - 74.4 ko

Cette édition aura un enjeu particulièrement important sur un plan autant scientifique que diplomatique : celui de la validation d’une première évaluation de l’état de la biodiversité au niveau mondial. Ce document servira de référence à l’élaboration du futur cadre mondial post-2020 pour la reconquête de la protection de la biodiversité, dans la perspective des grands rendez-vous internationaux de 2020 : le Congrès mondial de la nature de l’UICN, que la ville de Marseille accueillera du 11 au 19 juin 2020, et la COP 15 Biodiversité qui se tiendra en Chine. « On a vu les bénéfices du GIEC sur l’adoption de l’Accord de Paris. L’IPBES pourrait à sa manière engager une prise de conscience équivalente pour la biodiversité » évoque Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.
« La disparition des espèces et des écosystèmes et la perte de diversité génétique représente déjà une menace mondiale et intergénérationelle pour le bien-être humain. La protection des contributions inestimables que la nature apporte aux populations sera un grand défi des prochaines années. Toutefois, les politiques, les efforts et les actions - à tout niveau – ne seront couronnés de succès que s’ils reposent sur les meilleures connaissances et éléments probants. C’est ce qu’apporte l’évaluation mondiale de l’IPBES » précise Sir Robert Watson, Président de l’IPBES.

La France présidera par ailleurs la ministérielle de l’environnement du G7 les 5 et 6 mai prochain et mobilisera à cette occasion ses partenaires sur le thème de la biodiversité. Par ailleurs, la France entend en parallèle agir au niveau européen afin que les enjeux de la biodiversité soient pleinement pris en compte dans les politiques communautaires et que l’Europe parle d’une même et forte voix à l’international.

Lancée en 2005 par la France à l’occasion de la Conférence internationale « Biodiversité, Science et Gouvernance » organisée à Paris, l’idée d’un panel international d’experts sur la biodiversité, sur le modèle du GIEC pour le climat, a progressivement évolué vers la mise en place de l’IPBES, créée formellement le 21 avril 2012. La structure, qui compte 129 États membres, a pour mission de « renforcer l’interface science - politique dans le domaine de la biodiversité et des services écosystémiques en vue de la conservation et de l’utilisation durable de la biodiversité, du bien - être de l’humanité à long terme et du développement durable »

Pour en savoir plus :

http://www.fondationbiodiversite.fr/fr/actualite/263-2018/1103-la-venue-de-l-ipbes-a-paris-en-2019.html

http://www.fondationbiodiversite.fr/images/documents/IPBES/CP_IPBES_11_18.pdf

Dernière modification : 18/04/2019

Haut de page