Face à la croissance du commerce mondial de produits contrefaits et piratés, l’OCDE entend éclairer ses Etats membres sur la menace encourue

En marge de la réunion de la Task Force de l’OCDE sur le commerce illicite, le rapport « Trends in Trade in Counterfeit and Pirated Goods » (« Tendances du commerce de produits contrefaits et piratés ») est publié le 18 mars 2019.

Co-rédigé par l’OCDE et l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle, l’ouvrage renseigne sur la valeur, l’étendue et la magnitude du commerce mondial de produits contrefaits et piratés. Il fait suite, en y incorporant des données actualisées, à un précédent rapport datant de 2013.

Evalué à 509 milliards de dollars américains en 2016, ce commerce illicite équivaut à 3,3% des échanges mondiaux, soit une hausse d’un point de pourcentage depuis 2013. Est plus particulièrement analysée la situation de l’Union européenne, dont la part des importations de produits contrefaits et piratés atteint 6,8% en 2016 (contre 5% en 2013), soit 134 milliards de dollars américains.

Recourant à des voies moins contrôlées, telles que les services de livraison à distance, ces contrefaçons affectent, notamment, les produits de consommation courante, les composants technologiques et les biens de luxe. Dans les secteurs pharmaceutique, médical et alimentaire, également concernés, ce commerce expose la population à de sérieux risques sanitaires.

Si une majorité de fausses marchandises proviennent de Chine, et plus particulièrement de Hong Kong, leurs destinations demeurent géographiquement variées. En effet, bien que l’on constate, parmi les économies les plus touchées, une prévalence des pays de l’OCDE (Etats-Unis, France, Suisse, Italie, Allemagne, Japon, Corée, Royaume-Uni), plusieurs Etats non membres de l’Organisation ne sont pas épargnés, qu’il s’agisse d’économies émergentes (Brésil, Chine) ou à revenu élevé (Singapour, Hong Kong).

Ainsi, face à l’accroissement de cette menace, l’OCDE recommande une gestion politique coordonnée ciblant le commerce de produits contrefaits, en même temps que le crime contre la propriété intellectuelle, qui affaiblit le potentiel d’innovation des entreprises.

Pour en savoir plus : https://www.oecd-ilibrary.org/fr/trade/trends-in-trade-in-counterfeit-and-pirated-goods_g2g9f533-en

Dernière modification : 15/03/2019

Haut de page