Faire un stage à la Représentation permanente

Comment postuler ?

La Représentation permanente accueille volontiers des stagiaires. Si vous avez le goût des contacts humains et du travail en équipe, une bonne formation générale en droit public, histoire, sciences politiques ou économiques ainsi qu’une bonne maîtrise des langues, nous vous invitons à déposer votre candidature.

Connectez-vous sur le site du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international et rendez vous dans la rubrique Emplois, stages, concours puis dans la section Stagiaires étudiants. Vous y trouverez toutes les informations nécessaires pour postuler.

Les offres de stages sont par ailleurs publiées sur le site de la Bourse interministérielle de l’emploi public.

Pour toute autre question, n’hésitez pas à nous contacter.

Quelles missions ?

Un stage à la Représentation permanente vous permettra de comprendre le fonctionnement d’une organisation internationale tout en participant activement à son travail.

Vous assisterez aux réunions et contribuerez à la rédaction de notes diplomatiques afin de rendre compte, de manière aussi pertinente que possible, de la teneur des débats. Pour ce faire, vous travaillerez en concertation avec les conseillers et bénéficierez de leur expérience dans des domaines multiples et variés (politique, économie, société, éducation, agriculture, environnement...).

Vous serez à tout moment à l’interface de l’OCDE et des administrations françaises, en relation avec les délégations des autres États membres et des observateurs.

Témoignages

Étudiant en Master 1 Science politique, j’ai eu la chance de pouvoir compléter mon cursus universitaire par une expérience de stagiaire au sein de la Représentation permanente de la France auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

Intégré à l’équipe de la chancellerie diplomatique et affecté auprès du Représentant permanent adjoint, j’ai pu pleinement participer à la préparation et au suivi des négociations au sein de l’OCDE. Dans le cadre des dossiers traités par la Représentation française, mes missions ont consisté dans la préparation des réunions, puis dans la rédaction de comptes rendus destinés à être incorporés aux télégrammes diplomatiques.

Assistant le Représentant permanent adjoint dans le suivi des organes exécutifs de l’organisation, ce stage m’a offert l’occasion d’une immersion au cœur du métier diplomatique dans le secteur multilatéral.

Pierre-Julien Ruiz, Master 1 Science politique - Relation internationales, Université Lyon III - Jean Moulin

Étudiante en Master 2 à l’INALCO après l’obtention de mon diplôme d’Institut d’études politiques, mon stage de quatre mois au sein de la Représentation permanente de la France auprès de l’OCDE m’a permis d’acquérir une expérience dans le domaine de la diplomatie multilatérale.

La confiance faite aux stagiaires ainsi que leur intégration au sein de l’équipe interministérielle de la représentation permettent d’avoir un bon aperçu du travail d’un conseiller au sein d’une représentation française. À l’occasion de ce stage, des missions variées m’ont été confiées sous l’autorité de l’Ambassadeur et du Ministre Conseiller et m’ont permis de développer des capacités rédactionnelles et organisationnelles. L’intérêt de cette expérience repose également sur la diversité des domaines couverts par une organisation particulièrement dynamique.

Pour ces raisons, je recommande ce stage que j’ai pu mettre en valeur, notamment à l’occasion des oraux du concours du ministère des Affaires étrangères.

Gabrielle Miséré, Master 2, INALCO

Étudiante en Master 2 de préparation aux concours de la fonction publique à l’IEP de Toulouse, cette expérience au sein de la Représentation de la France auprès de l’OCDE m’a permis d’avoir une vision concrète des enjeux contemporains d’un monde globalisé.

Alternant travail de fond sur des notes diplomatiques dans les bureaux de la Représentation, et réunions dans les bâtiments de l’OCDE, j’ai beaucoup aimé la diversité des tâches que ce stage a impliqué. Parallèlement, il m’a paru très intéressant de comparer le mode de fonctionnement de la diplomatie française à celui d’une organisation internationale à vocation économique.

Présente lors de la semaine des ministres de l’OCDE en juin 2016, j’ai pu assister à divers évènements portant sur les préoccupations actuelles des pays développés (technologies financières, mise en œuvre des objectifs de développement durable, lutte contre l’évasion fiscale). Cette expérience a été très enrichissante tant sur le plan personnel que professionnel et le formalisme de rédaction qu’implique la rédaction de comptes rendus diplomatiques a été formateur dans ma préparation aux concours.

Anouk Dumas, Master 2, Institut d’études politiques de Toulouse

Dernière modification : 17/03/2017

Haut de page