G7 environnement : L’intérêt économique de la préservation de la biodiversité

Le rapport sur le financement de la biodiversité, réalisé par l’OCDE pour le G7 environnement 2019, est en ligne. Il s’agit d’un premier état des lieux de la question, abordant « l’intérêt économique de la biodiversité, la quantification des flux financiers dédiés et la mesurabilité des différentes pressions sur la biodiversité. C’est à dire de quoi on parle et de quoi nous avons besoin » a indiqué hier en conférence de presse la Secrétaire d’Etat Brune Poirson, lors des conclusions de la réunion des ministres de l’environnement du G7 2019.

JPEG - 862.8 ko

L’inaction a un coût : la perte de services ecosystémiques est évaluée entre 125 et 140 milliards par an, soit une fois et demi la taille du PIB mondial. Le rapport de l’OCDE « financer la biodiversité, agir pour l’économie et les entreprises », pose les premiers jalons d’une finance permettant de lutter contre les pertes terrifiantes de biodiversité alors que l’IPBES (Plateforme Intergouvernementale sur la Biodiversité et les Services Ecosystémiques, le « GIEC » de la biodiversité) tire la sonnette d’alarme.

La France avait également demandé, dans le cadre de ce G7 environnement, à WWF et AXA, un rapport sur l’exposition aux risques liés à la biodiversité et l’intégration de ces risques dans les stratégies d’investissement des entreprises.

Pour en savoir plus :

  • Rapport WWF : "Into the wild, integrating nature into investment strategies" (prochainement sur le site de WWF)

Dernière modification : 07/05/2019

Haut de page