Historique

L’OCDE est l’héritière de l’OECE (Organisation Européenne de Coopération Economique), née en 1948 dans le but d’accompagner l’administration du Plan Marshall, et de favoriser la reconstruction de l’Europe.

Fondée le 14 décembre 1960, l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement économiques) a donc succédé à l’OECE, et s’est donnée pour mission de renforcer l’économie de ses États membres, de contribuer au développement des autres pays, et de favoriser les échanges internationaux. Depuis cette date, l’OCDE a développé ses compétences dans un nombre toujours croissant de domaines, de l’éducation à la gouvernance publique, de l’énergie à l’environnement, et de l’emploi aux nouvelles technologies.

L’OCDE offre un cadre unique permettant aux gouvernements de partager leur expérience, de chercher des réponses à des problèmes communs, et de travailler à la coordination de leurs politiques nationales. Grâce à l’expertise de son Secrétariat, et aux échanges entre ses membres au sein des différents comités, l’OCDE élabore des analyses et des recommandations en direction des gouvernements et des organisations internationales. Le dialogue multilatéral est au cœur de son fonctionnement quotidien, à travers l’« évaluation par les pairs », qui constitue l’un des principes essentiels de l’organisation, et la règle du consensus, qui représente l’unique mode de décision au sein des comités.

Depuis sa création, l’OCDE s’est élargie à 16 nouveaux pays, réunis par leur attachement à l’économie de marché et à la démocratie, et regroupe donc aujourd’hui 36 États membres, bientôt 37 lorsque la Colombie aura déposé son instrument de ratification. L’Union européenne dispose pour sa part d’une délégation auprès de l’OCDE sans en être membre.

L’OCDE, qui souhaite depuis son origine refléter les réalités économiques mondiales, fait de l’ouverture une de ses priorités. En effet, depuis 2007 l’organisation entretient des liens de coopération très étroits avec cinq des grandes puissances émergentes (l’Afrique du Sud, le Brésil, l’Inde, l’Indonésie et la République Populaire de Chine) à travers le processus dit de l’engagement renforcé. Par ailleurs, dans le cadre de sa politique d’élargissement, des discussions ont été engagées avec d’autres pays non-membres, comme le Costa-Rica (depuis 2015), en vue de leur potentielle adhésion.

Dernière modification : 21/01/2019

Haut de page