L’OCDE a publié le 19 novembre 2020 un rapport établissant un panorama de la santé en Europe.

L’OCDE a publié le 19 novembre 2020 un rapport établissant un panorama de la santé en Europe.

Avec 10 millions d’Européens infectés, la crise de la COVID 19 a gagné en vigueur sur le continent. Selon les auteurs, les difficultés connues lors de la mise en place de la stratégie de dépistage, de traçage et d’isolement ont conduit à une augmentation des cas et à la remise en place de confinement dans de nombreux Etats européens. Les pays asiatiques de l’OCDE ainsi que la Norvège et la Finlande n’ont pas connu une augmentation aussi marquée. Cette situation s’explique par une géographie favorable mais surtout par des stratégies nationales efficaces.

Les mesures encourageant le télétravail, le port obligatoire du masque et limitant les rassemblements ont démontré une grande efficacité contre la COVID19. Pour autant, le rapport indique qu’un soutien au secteur de la santé et aux travailleurs de la santé reste nécessaire.

Les auteurs constatent que les plus âgés sont surreprésentés parmi les cas de décès. Ils indiquent également l’existence claire d’un gradient social dans les décès. Ainsi, les plus pauvres, les minorités et les habitants des zones défavorisées sont plus susceptibles d’être victime de la COVID19.

Le rapport rappelle qu’au-delà de la crise de la COVID19, le vieux continent continue à faire face à des problématiques de santé. Le tabagisme reste, en Europe, la principale cause de décès prématuré. 20 % des adultes de l’Union européenne est obèse, avec de fortes disparités socio-économiques. La pollution atmosphérique constitue un autre enjeu de santé publique majeur. Elle représente un coût économique de 4,4 % du PIB de l’Union européenne et un coût social sur le bien-être des Européens. L’OCDE encourage à des actions directement sur les émissions de particules fines, dans le logement, le transport, les énergies fossiles et l’industrie.

L’étude montre que si l’accès aux soins en Europe est globalement satisfait, il existe des divergences entre les groupes sociaux. Les délais d’attente, la longueur des trajets et la pénurie de main-d’œuvre peuvent freiner le recours aux soins. La pandémie a souligné les besoins d’améliorer la résilience de l’offre de soins et de recourir à des moyens supplémentaires en cas d’urgence.

Lien vers le rapport

Dernière modification : 20/11/2020

Haut de page