L’OCDE publie le 9 mars 2021 ses perspectives économiques intermédiaires

Les prévisions économiques que l’OCDE publie pour 2021 et 2022 sont globalement meilleures que celles réalisées en décembre dernier. L’essentiel de cette amélioration résulte, selon l’OCDE, à la fois du déploiement effectif des vaccins et des mesures de soutien de l’économie principalement sur le plan budgétaire et fiscal. Au niveau mondial, la croissance globale du PIB serait de 5.5% en 2021 et de 4% en 2022 (alors qu’en décembre dernier les prévisions étaient de 4,2% pour 2021 et de 3,7% pour 2022).

Cette amélioration globale ne doit pas cacher les disparités de plus en plus marquées entre zones géographiques, voire entre pays.

S’agissant des pays développés, la perspective de retrouver le trend de croissance tel qu’il s’établissait fin 2019 semble envisageable. L’Asie-Pacifique enregistre les meilleurs résultats avec une récession faible en 2020 (-1% en Corée, -2,5% en Australie) et une croissance satisfaisante (+4,5% en 2021 et +3,1% en 2022 pour l’Australie, +3,3% et +3,1% pour la Corée). Les perspectives se sont grandement améliorées aux Etats-Unis sous l’effet d’un plan de relance massif. La croissance américaine devrait être de 6,6% en 2021 (soit une réévaluation de son estimation de 3,3 % par rapport à décembre dernier) et de 4% en 2022. En Europe, les prévisions demeurent globalement inchangées. Après une profonde récession en 2020, les rebonds de croissance pour 2021 demeurent à des niveaux élevés. Le rebond le plus important est toujours anticipé en France (+5,9% en 2021), devant l’Espagne (+5,7%), l’Italie (+4,1%) et l’Allemagne (+3,0%). Les perspectives de croissance pour 2022 sont plus proches d’un pays européen à l’autre et sont globalement comprises entre 3,5 et 4%.

Dans les pays émergents, les divergences sont encore plus profondes : la Chine et la Turquie, qui n’ont pas connu de récession en 2020, ressortent avec une croissance anticipée élevée : +7,8% en Chine pour 2021 ; +5,9% pour la Turquie. L’Inde et l’Indonésie, après une récession en 2020, retrouvent rapidement une croissance forte (+12,6% en Inde en 2021 ; +4,9% en Indonésie). L’OCDE anticipe des perspectives moins favorables pour l’Argentine, le Mexique et l’Afrique du Sud.

En termes d’emploi, l’OCDE estime que la reprise du marché du travail restera lente. Les chiffrages les plus significatifs font état de près 10 millions de personnes sans emploi de plus qu’avant la crise dans les pays de l’OCDE. Ils font également mention d’une baisse moyenne de l’ordre de 5% du nombre d’heures travaillées (avec des variations importantes en fonction de secteurs).

Le niveau d’incertitude demeure élevé en raison notamment de la différence du rythme de déploiement de la vaccination à travers le monde.Le temps de production et de distribution des vaccins peut être long. L’OCDE établit une relation entre le niveau de vaccination et la niveau du rebond en économique.

Pour une relance inclusive et numérique, les gouvernements devront trouver un juste équilibre entre une politique de santé orientée vers une accélération de la vaccination et un maintien des aides budgétaires davantage ciblées vers les populations et/ou les secteurs les plus en difficultés (tourisme, hôtellerie, jeunes, femmes, personnes peu qualifiées…).

Retrouvez l’intégralité du rapport en français

Dernière modification : 15/03/2021

Haut de page