Lancement de la première semaine de la jeunesse de l’OCDE

L’ambassadrice Muriel Pénicaud a participé le 20 septembre, au lancement de la première semaine de la jeunesse au côté du Secrétaire général de l’OCDE Mathias Cormann.

PNG - 336.3 ko
OCDE semaine de la jeunesse
OCDE

Cette initiative de l’OCDE vise à rassembler et mobiliser des acteurs institutionnels, économiques et des experts en faveur de la jeunesse. Différents sujets sont abordés, la formation, la place des jeunes dans la relance et l’inclusion dans la prise de décision.

Cet évènement s’inscrit dans le contexte de la sortie de la crise sanitaire qui a durement touché la jeunesse. Ainsi dans la zone OCDE, 1 jeune sur 10 âgé de 15 à 24 ans n’était ni scolarisé, ni en formation, ni pourvu d’un emploi en 2019 et 2020. Au-delà de la crise actuelle, la place des jeunes dans l’économie est un enjeu majeur des années à venir, notamment en matière de formation. Selon l’Institut pour le futur, 85% des emplois de 2030 n’existent pas encore, ce qui rend la formation continue d’autant plus nécessaire.

Lors de son intervention, Muriel Pénicaud a rappelé l’importance de mobiliser tous les acteurs pour éviter que la jeunesse soit une génération sacrifiée. Le chantier qui s’annonce rend nécessaire une bonne prise en compte des jeunes dans les plans de relance nationaux et une meilleure inclusion dans les prises de décisions.

L’Ambassadrice a également présenté les actions de la France en faveur de la jeunesse, et notamment la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel de 2018 qui réforme en profondeur l’apprentissage en libéralisant son accès, en revalorisant les salaires des apprentis et en ouvrant l’apprentissage aux personnes jusqu’à 29 ans révolus. Pour aider les jeunes dans la crise, l’Etat a mis en place le plan « « 1 jeune, 1 solution » qui prévoit une prime de 5000 euros pour l’embauche d’un apprenti mineur et de 8000 euros pour l’embauche d’un apprenti majeur, jusqu’au 31 mars 2021. Ce plan a permis en pleine crise de faire croitre l’apprentissage dans le secteur privé de 40%. Enfin, 10% des sommes du plan de relance français seront consacrées à l’éducation et la formation.

Plus d’information sur la semaine de la jeunesse : https://www.oecd.org/social/OECDYouthWeek.htm

Dernière modification : 31/05/2022

Haut de page