Les Etats de l’OCDE ont enregistré une hausse de 2% des flux migratoires les concernant, assortie d’une forte baisse du nombre de demandeurs d’asile

Dans un rapport intitulé « International migration outlook 2019 » (« Perspectives des migrations internationales 2019 »), l’OCDE dresse un état annuel des mouvements migratoires à destination de ses pays membres, en suivant une approche largement centrée sur les questions d’emploi.

Après une chute de 4% entre 2016 et 2017, les flux migratoires vers les Etats de l’OCDE ont connu en 2018 une hausse de 2% par rapport à 2017, à raison de 5,3 millions de nouveaux immigrants. Dans le même temps, le nombre de demandeurs d’asile a chuté de 34% par rapport à 2015. Les pays européens de l’OCDE ont reçu, en 2018, davantage de migrants que les Etats-Unis qui demeurent cependant la première nation destinataire de ces flux, devant l’Allemagne.

Plus de 4,9 millions de travailleurs temporaires (légaux) et 3,5 millions d’étudiants ont eu accès en 2017 à la zone OCDE, soit des hausses respectives de 11 et 7% par rapport à 2016. Le taux moyen d’emploi des migrants dans les pays de l’OCDE a atteint 68,3% en 2018 (soit 2,4% de moins que la population locale), tandis que leur niveau moyen de chômage a décru de 9,4 à 8,7% entre 2017 et 2018. L’accès à l’emploi demeure difficile pour les migrants en particulier pour les plus jeunes et les moins qualifiés, même si des améliorations ont été constatées pour les femmes et les personnes âgées de 55 à 64 ans. C’est dans l’Union européenne que la situation est la plus critique avec 18% des jeunes immigrants âgés de 18 à 24 ans qui ne sont ni au travail, ni en formation, ni en apprentissage.

Dernière modification : 18/09/2019

Haut de page