Les recommandations de l’OCDE pour une gestion des sols durable

Dans son rapport intitulé « Vers une utilisation durable des sols : aligner les politiques de la biodiversité, du climat et de l’alimentation » (« Towards Sustainable Land Use : Aligning Biodiversity, Climate and Food Policies »), l’OCDE confirme les conséquences considérables, sur le climat et la biodiversité, des modes de gestion des sols ayant cours. Elle propose une liste de bonnes pratiques permettant aux gouvernements d’organiser la transition vers des systèmes d’utilisation des sols plus durables.

L’organisation s’appuie pour cela sur six études de cas portant sur le Brésil, la France, l’Indonésie, l’Irlande, le Mexique et la Nouvelle-Zélande, pays caractérisés par l’importance du secteur agricole et des forêts, où les émissions de gaz à effet de serre causées par l’agriculture représentent entre 13% et 50% du total national.

L’organisation suggère ainsi d’améliorer la cohérence entre les différents plans et stratégies nationaux, par une consultation plus large des parties prenantes, l’usage d’objectifs et d’indicateurs « SMART » (spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes, temporellement définis) ainsi que l’identification de mesures à la portée transnationale, à l’instar du plan français visant à éliminer la déforestation des chaînes de production. L’importance de la coordination des institutions est également soulignée.

Parmi les instruments politiques que les gouvernements peuvent mobiliser pour agir, l’OCDE pointe en particulier les réformes foncières, l’usage de données spatiales pour les décisions sur l’utilisation des sols et l’imposition de taxes environnementales. Elle plaide en outre pour une réévaluation de la pertinence des aides publiques à l’agriculture.

Pour en savoir plus :

Rapport et synthèse en anglais : https://www.oecd.org/publications/towards-sustainable-land-use-3809b6a1-en.htm

Dernière modification : 05/03/2020

Haut de page