Mesurer l’attractivité des talents : un nouvel enjeu au sein des pays de l’OCDE

Le capital humain est indiscutablement un moteur du développement économique et de la croissance. Ainsi, la mobilité des talents constitue-t-elle, selon l’OCDE, une donnée clé pour les entreprises et les gouvernements, en ce qu’elle permet de pallier d’éventuelles pénuries de travailleurs, tout en créant de nouvelles opportunités d’emploi.

La capacité à attirer et retenir les talents revêt de plus en plus d’importance. Brisant une vision trop simpliste, l’OCDE rappelle que l’attractivité des talents n’est pas seulement tributaire d’incitations économiques. En effet, le choix d’une destination dépend aussi des conditions générales d’accueil réservées aux migrants et à leurs familles, ainsi que d’autres motivations non pécuniaires propres à l’âge, le genre ou l’éducation (qualité de vie, milieu de travail, possibilités d’intégration, perspectives d’avenir, environnement familial, qualité des opportunités).

Les entreprises se livrent à une compétition pour l’attractivité, particulièrement acharnée dans le domaine des sciences et des technologies. Les conditions d’obtention du visa et les pratiques d’accueil jouent évidemment un rôle incitatif (ou répulsif) à ne pas négliger. Cela a amené certains pays à mettre en place des politiques d’immigration et des programmes favorisant l’importation de main d’œuvre hautement qualifiée de l’étranger : c’est le cas de la Finlande, des Pays-Bas et du Chili. Selon une étude de Transatlantic Trends de 2011, la population (Allemagne, Espagne, Etats-Unis, France, Italie, Royaume-Uni) a deux fois plus de chance d’être favorable à l’immigration si elle concerne des travailleurs hautement qualifiés.

Afin de refléter ces réalités multiples, l’OCDE a créé un indicateur innovant permettant de mesurer l’attractivité des pays de l’OCDE vis-à-vis de différents profils de migrants talentueux : les travailleurs titulaires d’un diplôme de master ou doctorat, les entrepreneurs et les étudiants du supérieur. Cet indicateur est dit « composite » car il agrège plusieurs variables et permet de comparer plus facilement la manière dont les pays de l’OCDE parviennent à attirer de talentueux migrants.

L’OCDE dresse une véritable cartographie de l’attractivité dont les pôles varient en fonction des profils de migrants et des variables considérées. Si l’Allemagne est la première destination pour les étudiants internationaux, elle est juste au-dessus de la moyenne pour les travailleurs titulaires d’un diplôme de master ou doctorat. On trouve la situation inverse en Irlande. Quant à la France, elle se démarque uniquement comme une destination pour les étudiants.

Enfin, l’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, la Suède et la Suisse constituent les destinations les plus attractives pour les titulaires d’un master ou d’un doctorat. A contrario, certains pays enregistrent des scores peu élevés toutes catégories confondues : Grèce, Israël, Mexique, Turquie.

Dernière modification : 03/06/2019

Haut de page