Poursuite de la baisse de la charge moyenne des impôts sur le travail dans l’OCDE

L’OCDE a publié le 11 avril son édition 2019 du rapport Les impôts sur les salaires 2019, consacrée aux différents impôts prélevés sur les salaires dans les pays de l’OCDE.

En 2018, l’impôt sur le revenu et les cotisations de sécurité sociale ont légèrement reculé pour le travailleur moyen dans les pays de l’OCDE, sous l’effet de grandes réformes lancées par plusieurs pays. Le « coin fiscal » (total des impôts sur les coûts de main d’œuvre payés par les salariés et les employeurs, diminué des prestations familiales, exprimé en pourcentage des coûts de main d’œuvre pour l’employeur) s’élevait à 36.1 % en 2018. Ce résultat s’inscrit en baisse de 0.16 point de pourcentage par rapport à 2017, et correspond à la quatrième diminution annuelle consécutive du coin fiscal qui pèse sur le travailleur moyen.

Le recul intervenu entre 2017 et 2018 est imputable à de fortes baisses dans quatre pays : l’Estonie (-2.54 points), les États-Unis (-2.19 points), la Hongrie (-1.11 point) et la Belgique (-1.09 point). Le coin fiscal est resté stable en France en 2018.

L’édition 2019 des Impôts sur les salaires contient également une étude spéciale consacrée à l’imposition du travailleur médian dans les pays de l’OCDE, comparativement à celle du travailleur moyen. Dans l’ensemble des pays de l’OCDE, le travailleur médian perçoit un salaire inférieur à celui du travailleur moyen, en raison d’écarts plus prononcés en haut de l’échelle de distribution des revenus.

Lien vers les conclusions et le rapport : http://www.oecd.org/fr/fiscalite/les-reformes-engagees-par-certains-pays-entrainent-une-baisse-de-la-charge-moyenne-des-impots-sur-le-travail-dans-la-zone-ocde.htm

Dernière modification : 11/04/2019

Haut de page