Se mobiliser pour la biodiversité

Jean-Yves LE DRIAN,
ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

François de RUGY,
ministre d’Etat,
ministre de la Transition écologique et solidaire

Frédérique VIDAL,
ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche
et de l’Innovation

Brune POIRSON,
secrétaire d’État,
auprès du ministre d’État,
ministre de la Transition
écologique et solidaire

Emmanuelle WARGON,
secrétaire d’État,
auprès du ministre d’État,
ministre de la Transition
écologique et solidaire

Communiqué de presse

Biodiversité : La France accueille la 7ème conférence de l’IPBES

Paris, le jeudi 2 mai 2019

La 7ème session plénière de la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) s’est ouverte le 29 avril 2019 en France. Cette session, qui se tient jusqu’au 4 mai, doit permettre de valider la première évaluation mondiale de l’état de la biodiversité et des services fournis par les écosystèmes.

Face aux enjeux de disparition de la biodiversité et aux alertes des scientifiques, seule une mobilisation collective aux niveaux national et international pourra permettre d’inverser la tendance.

L’IPBES, qui compte 132 Etats membres, a pour mission de renforcer les échanges entre scientifiques et responsables politiques dans le domaine de la biodiversité et des services écosystémiques en vue de la conservation et de l’utilisation durable de la nature, du bien-être de l’humanité à long terme et du développement durable.

L’accueil de la 7ème session plénière en France est le fruit de la volonté du gouvernement français de faire de la biodiversité une priorité de même ampleur que celle du changement climatique. Cette session s’inscrit en amont de l’accueil du G7 Environnement à Metz en mai 2019, du Congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Marseille et de la COP15 de la convention Biodiversité en Chine en 2020.

La France souhaite ainsi créer avec ses partenaires une dynamique et une prise de conscience en faveur de la biodiversité mondiale. A travers la première évaluation mondiale de l’état de la nature et des biens et services qu’elle fournit à l’humanité, les travaux de l’IPBES-7 doivent constituer le socle scientifique pour construire un nouveau cadre mondial pour la biodiversité lors de la COP15.

« A côté des effets spectaculaires du changement climatique, une autre crise toute aussi grave mais plus silencieuse se dessine : l’extinction progressive mais accélérée des espèces. Au-delà des constats, les alertes doivent donc maintenant laisser place aux actions ! Cette nouvelle session de l’IPBES doit être l’acte de naissance d’une mobilisation internationale sans précédent pour la biodiversité. La France sera pleinement mobilisée, au niveau national comme au niveau international, pour en faire une priorité, au même rang que la lutte contre le réchauffement climatique ». (François de Rugy).

« Le temps presse. Le constat est clair, les facteurs identifiés. Grâce à l’évaluation mondiale de la biodiversité et des écosystèmes que vous approuverez cette semaine, il vous revient à votre tour de laisser une marque dans l’histoire. Notre responsabilité collective est désormais engagée pour nous-mêmes et pour les générations futures. Conformément à l’impulsion du Président Macron, la France continuera à se mobiliser fortement au plan diplomatique avec pour horizon la COP-15 d’octobre 2020 en Chine qui est une échéance cruciale ». (Jean-Yves Le Drian)

« Le rapport préparé par l’IPBES témoigne d’une mobilisation sans précédent de la recherche mondiale pour établir une référence scientifique internationale sur la biodiversité. Sans ce constat partagé, les décideurs du monde entier, les acteurs de la société civile et les scientifiques ne pourront pas engager d’action éclairée. Je souhaite donc que tous les gouvernements se saisissent pleinement du consensus scientifique qui leur sera présenté pour définir une feuille de route ambitieuse, articulée avec les engagements en faveur du Climat ». (Frédérique Vidal)

« L’année qui s’ouvre est cruciale pour la biodiversité. Si l’on veut que la COP15 en Chine l’année prochaine soit un vrai succès, nous devons tout mettre en œuvre pour éveiller les consciences de citoyens face à l’enjeu de la sauvegarde de la nature. Et ce rapport de l’IPBES va être la base factuelle de nos discussions à venir. » (Brune Poirson).

« La diffusion des études scientifiques, comme celles de l’IPBES joue un rôle fondamental dans l’appropriation des enjeux liés à la protection de la biodiversité par les décideurs publics. Avec le Plan biodiversité, le Gouvernement est pleinement engagé à préserver la biodiversité à travers toutes les politiques publiques : agriculture, industrie, recherche, éducation, santé, etc. autour d’actions concrètes permettant de diminuer les pressions sur l’environnement et d’améliorer la qualité de vie des Français. Cette action menée au niveau national doit trouver son prolongement à l’international, notamment en vue du congrès de l’UICN à Marseille l’an prochain ». (Emmanuelle Wargon).

Dernière modification : 02/05/2019

Haut de page