Vive la physique !

Un français parmi les trois prix Nobel de physique 2018, le professeur Gérard Mourou

Gérard Mourou, physicien français, a reçu le prix Nobel de Physique 2018, conjointement avec son ancienne étudiante en thèse, la canadienne Donna Stickland. Ce prix vient récompenser les travaux de ces deux chercheurs sur les lasers et dont les applications pratiques, dans le domaine médical notamment, sont multiples et précieuses. Un troisième chercheur a été également été récompensé cette année, l’américain Arthur Ashkin.

Les recherches de Gérard Mourou et Donna Strickland sont basées sur une technique baptisée « amplification par dérive de fréquence », permettant d’amplifier à l’aide d’un système optique une impulsion émise par un laser classique en une impulsion ultracourte et de très haute puissance. Cette technique permet d’augmenter la puissance initiale d’un laser d’ un facteur 1.000 à 100.000 pour atteindre jusqu’à un pétawatt et d’accélérer des particules jusqu’à des énergies de l’ordre du gigaélectrovolt. Elle a contribué au développement de lasers de très haute précision, à même de trancher de nombreux matériaux de par leur puissance et ne brulant pas la matière biologique, du fait de ces impulsions très courtes. Les lasers de ce type se retrouvent dans le domaine industriel et médical. Ils sont par exemple couramment utilisés en chirurgie optique pour les opérations de la myopie ou de la cataracte.

Gérard Mourou est professeur et membre du Haut-collège de l’École polytechnique. Ses travaux l’ont amené à parcourir le monde. Il a travaillé à l’Université Laval au Canada, à l’Ecole nationale supérieure des techniques avancées (ENSTA ParisTech) et à l’Université de Rochester et du Michigan aux Etats-Unis.

Pour en savoir plus :

Dernière modification : 03/10/2018

Haut de page